Le Temps du Rêve : contes aborigènes

Bonjour à vous toutes et tous 🙂

Je vous ai parlé des contes de Madagascar. Et bien aujourd’hui je vais donc vous parler des contes aborigènes, le Temps du Rêve.

Alors, vous êtes prêts pour un petit voyage au cœur de la culture aborigène 😉

Tout d’abord, il n’est pas possible de parler des contes sans expliquer ce qu’est le Temps du Rêve. Nous retrouvons aussi ce Temps du Rêve dans les toiles : Art Aborigène, les chants, les danses et bien sûr les contes.

Le Temps du Rêve ou Dreamtime

« Les Aborigènes pensent qu’il y a très longtemps la terre était plate, noire, sans vie. Des esprits qui se trouvaient sous terre ou dans le ciel à l’état larvaire se sont éveillés, sont sortis de la terre ou sont tombés du ciel et, par leurs actions, ont créé la vie et le relief (tel héros s’engouffrant ici dans la terre créant un point d’eau, ressortant là, faisant apparaître une montagne…).
Ces êtres pouvaient changer de forme à volonté, passer d’une forme humaine à une forme mi-homme mi-animal, et possédaient des capacités physiques extraordinaires puisque un Ancêtre Ver pourra voler, un Poisson marcher et parler. Avant de disparaître ils ont donné vie à une espèce animale ou végétale qui porte son nom : dingo, kangourou, larve witchetty, liane serpent, …
Ce sont ces démiurges qui ont institué les rites et les règles sociales. Le Rêve est à l’origine de toute chose, il donne une explication à tous les phénomènes (comme la pluie, le cycle des saisons,…), il est donc la Loi »
. Source

Les histoires du Temps du Rêve

Toutes ces histoires figurent parmi les plus anciennes du monde. Ces contes du Temps du Rêve se racontaient autour des feux de camp et des points d’eau du désert australien. Ils se transmettaient de bouche à oreille car les Aborigènes d’Australie ne possèdent pas de langue écrite.

Cependant, maintenant nous pouvons retrouver une retranscription écrite de ces mythes et légendes, pour notre plus grand plaisir et celui de nos enfants 🙂

Voici le conte :

Le serpent arc-en-ciel et l’histoire de la création

serpent arc-en-ciel                                source

« Au commencement, il n’y avait pas de vie sur la terre. Mais sous la surface sommeillait la Grande Mère Serpent, le Serpent arc-en-ciel.

   Longtemps, très longtemps, elle resta endormie. Puis un jour elle se réveilla, déroula son corps et rampa au-dehors. Tout en ondulant lentement sur la terre plate, aride et déserte, elle se dit : « Cet endroit est affligeant ». Alors elle se servit de ses pouvoirs magiques pour faire tomber la pluie.

   Il plut des jours d’affilée. Des semaines, Des mois d’affilée. Des années d’affilée. Et au bout d’un moment, les traces laissées par le corps du Serpent arc-en-ciel se remplirent d’eau. C’est ainsi que les longues rivières sinueuses, les billabongs et les points d’eau se formèrent.

   A certains endroits, le lait de ses seins s’infiltrait dans la terre et la rendait fertile. Là, de grandes forêts tropicales poussèrent, ainsi que toutes sortes d’herbes et des tapis de fleurs multicolores.

   Quand le Serpent arc-en-ciel eut créé un univers à sa convenance, elle retourna dans les entrailles de la terre et réveilla les créatures qui continuaient à y dormir.

          Les animaux

kangourous
dingo    Source

  Elle réveilla d’abord les mammifères et les conduisit vers les endroits les mieux appropriés pour eux. Les dingos, qui n’avaient pas besoin de beaucoup d’eau, elle les emmena dans le désert. Les kangourous, qui aimaient les herbes et les feuillages, elle les emmena dans le bush. Et les rainettes, qui aimaient le frais, la pénombre et l’humidité, elle les emmena dans la forêt tropicale.

cacatoès
Emeu

   Puis elle réveilla les oiseaux. Les aigles, qui savaient voler haut et loin, elle les emmena dans les montagnes. Les cacatoès rosalbins, capables de voler uniquement sur de courtes distances, elle les emmena dans les billabongs. Et les émeus, qui ne volaient pas du tout, elle les emmena dans les plaines, où ils pouvaient courir sans limites.

   Puis elle réveilla et fit sortir les créatures qui vivaient dans l’eau. Elle emmena les barramundis dans les rivières, les grenouilles dans les mares, et les tortues dans les lagons.

   Ensuite, elle réveilla les insectes et les arachnides : aux fourmis, scarabées, araignées et scorpions, elle montra les roches, les fissures, les endroits sablonneux les mieux adaptés à leur condition.

          Et enfin l’être humain

   Et tout à la fin, elle fit sortir une femme et un homme. Elle les emmena dans un endroit regorgeant de choses à boire et à manger, et leur enseigna les usages auxquels ils devaient se plier.

   Ce que leur transmit le Serpent arc-en-ciel était très simple. Elle leur apprit qu’ils devaient respecter toutes les créatures vivantes. Car le kangourou, le cacatoès et le barramundi étaient leurs cousins, des enfants issus de la même création. Et elle leur expliqua qu’ils devaient respecter la terre et en prendre soin. Car ses rochers, ses arbres et ses points d’eau étaient sacrés, puisqu’ils faisaient partie, eux aussi, du monde qu’elle avait créé.

   Et avant de retourner dormir sous la surface de la terre, le Serpent arc-en-ciel mit en garde la femme et l’homme. Elle leur rappela qu’ils n’étaient pas propriétaires de la terre, qu’ils en étaient les gardiens. Et elle ajouta que si, par avidité ou par plaisir, ils abusaient de la terre au lieu d’en prendre soin, alors elle devrait peut-être ressortir et créer un nouveau monde. Et dans ce nouveau monde, la femme et l’homme n’auraient pas de place ».

          Pourquoi le serpent arc en ciel ?

serpent arc-en-ciel   source image

« Les Aborigènes Australiens croient que notre terre a été façonnée par un certain nombre d’être mythiques, parmi lesquels le Serpent arc-en-ciel. Et que ces êtres mythiques sont même devenus partie intégrante de la terre. Ainsi, pour les Aborigènes, le monde dans lequel nous vivons est un lieu sacré, un cadeau des Dieux à aimer et à respecter. Ils sont choqués de voir beaucoup de gens considérer la terre comme une chose à posséder et à exploiter ». Pour retrouver ces contes : Source : Contes Aborigènes de James Vance Marschall.

Pour ma part, j’ai toujours un immense plaisir à lire et à relire ses contes. De plus ils sont une mine d’informations sur la culture aborigène. Peut-être que ce post vous donnera envie de les lire 🙂

Les aborigènes ont une relation étroite et respectueuse avec leur environnement et tout ce qui le peuple. C’est peut-être aussi ce qui me fait me sentir “proche” de ce peuple qui prend soin de la terre, de ses animaux et de ses plantes !

Bonne lecture et à très bientôt 😉

Laisser un commentaire