Les sorciers de la pleine lune : Nicole Viloteau

Views:
67

Je voulais vous parler d’une personne que je trouve très intéressante et même plus…

Cette personne c’est Nicole Viloteau, elle a beaucoup voyagé, a écrit sur l’Australie et Madagascar entre autres choses.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de ses livres, Les Sorciers de la Pleine Lune, Sorciers de Madagascar.

Présentation Nicole Viloteau

Surnommée la femme aux serpents, Nicole Viloteau est diplômée des Beaux-Arts, herpétologue, photographe, reporter.  Elle écrit pour des magazines français et étrangers et effectue ainsi de nombreuses missions en Australie, en Afrique et en Amérique du sud.

C’est une voyageuse solitaire, infatigable qui depuis des dizaines d’années sillonnent le monde à la découverte et à la recherche de serpents, dangereux ou pas.

Source

 

Elle s’intéresse aussi aux pays où des sorciers utilisent leur magie, leurs dons occultes pour soigner, faire le bien autour d’eux. Ou au contraire utilisent leur magie pour envoûter mais pas pour la « bonne cause » !

 

 

 

Résumé Les sorciers de la pleine lune

« Nicole Viloteau vient de passer un an à Madagascar, d’où elle a rapporté une moisson de documents inédits sur la sorcellerie, le culte des morts, les possessions, le pouvoir des philtres d’amour, des plantes aphrodisiaques, des poisons.

Elle a assisté à des cérémonies secrètes où, d’ordinaire, les Vazaha, les Blancs, ne sont pas acceptés. Diavolona, la pleine lune, influence sorciers, devins, guérisseurs.

Nicole franchira à plusieurs reprises le seuil inquiétant de ces mondes occultes, tenaillée par la peur. Mais aussi par la douleur lorsqu’on l’exorcise d’un mal étrange, en lui plantant une aiguille dans le front. Initiée aux rites du tromba, du bain sacré, aux secrets des perles magiques, du kaolin, des pièces d’or et d’argent, des apparats écarlates et des sacrifices sanglants, des danses et des libations en l’honneur des Ancêtres, elle va peu à peu pénétrée au cœur des croyances et des traditions malgaches aux innombrables tabous.

Miroirs maléfiques, gris-gris, âmes errantes, mangeurs de cœurs, monstres mythiques sanguinaires, entraînent le lecteur loin, dans des contrées reculées. Longues marches, pistes défoncées, montagnes, brousses, désert, jungles et océan tissent la toile de fond de cette aventure hors du commun ». Source

Ce qui l’a amené à ce voyage au cœur de la culture malgache :

« Un jour des paysans malgaches m’ont invitée à leurs cérémonies rituelles pour m’initier au culte des Ancêtres. De nouveaux horizons se sont ouverts devant moi et j’ai senti confusément que je faisais les premiers pas vers une autre dimension spirituelle.

Mais je ne savais pas encore à quel point Madagascar est un puissant sortilège qui entraîne sur des chemins où se mêlent le rêve, le mystère, l’art divinatoire et la sorcellerie ». Extrait du livre.

Ce que j’en pense

Nicole Viloteau m’a emmenée avec elle sur les traces de ces personnes. Je l’ai suivie pas à pas et j’ai eu l’impression de reconnaître certains endroits même si ce n’est certainement pas le cas. 😉

Je ne connaissais pas ce côté « sorcier » de Madagascar. Il est évident que l’on ne va pas parler de cela à une vazaha qui arrive dans ce pays. Nicole Viloteau, au gré de ses voyages, a pu tisser des liens forts avec ces personnes et ainsi a été emmenée à la découverte de ce côté « sorcier » de Madagascar.

Elle est donc restée environ 1 an sur l’île afin de mener à bien ses recherches auprès des personnes concernées. Cela lui a laissé le temps d’aller au bout des choses et je peux vous assurer que vous vivez les expériences avec elle. Vous êtes au centre des rituels avec toutes les personnes présentes.

J’ai découvert Madagascar sous un autre jour et cela m’a donnée envie d’y retourner  bien sûr mais aussi de découvrir cette autre facette de l’île et de certains de ses habitants.

J’ai adoré ce livre car il m’a fait voyager et connaître un peu plus la culture malgache. D’ailleurs je vais prendre le temps de le relire et ainsi me replonger au cœur de cette culture.

Peut-être que ce post vous donnera envie de découvrir cette île si extraordinaire à beaucoup d’égards. 😉

Proverbes malgaches

« S’il fait sombre, on peut éclairer ; si l’eau est profonde, on peut la traverser en canot ; si le fossé est profond, on peut y descendre par une échelle ; mais une mauvaise action est sans remède » !

« Le chagrin est comme un nuage : quand il est assez lourd, il tombe ».

« Le mensonge est comme le sable : il paraît doux quand on s’y couche, mais dur quand on se lève ».

A méditer 😉

Veloma ! (au revoir)

Prenez du plaisir et à très bientôt 🙂

Laisser un commentaire