“Réflexions lunatiques” : la Lune et moi au détour d’une autoroute

Voilà, un titre plutôt farfelu « « Réflexions lunatiques »: la Lune et moi au détour d’une autoroute. » pour introduire ce nouvel article. J’aurai pu faire dans le cliché en l’intitulant« Objectif Lune ! » mais cela faisait trop Tintin à mon goût 😉
J’avais dans l’esprit tout autre chose…

Pas que je sois de nature lunatique mais plutôt rêveuse !
Rêveuse… c’est ainsi que, petite, l’on me qualifiait « d’être dans la lune » !
Combien de fois ai-je entendu cette expression à l’école… Assise au fond de la classe, le museau tourné vers la fenêtre à laisser mes pensées divaguer et me submerger par des milliers de questions… un peu comme je peux encore le faire aujourd’hui ^_^

Dalida chantait « laissez-moi danser » moi je leur répondais « laissez-moi rêver » 🙂
L’univers du Rêve et de l’Imagination, se présentait un peu comme le refuge d’un monde étranger à mes yeux.
D’ailleurs, Gérard de Nerval écrivait dans Aurélia « Le rêve est une seconde vie »,
en étais-je pas loin !

Combien d’heures ai-je passé à rêvasser une vie différente ?
Combien d’heures 
ai-je imaginé pléthores de scenarii improbables (? ;)) qui viendraient changer le cour de mon existence et me sauver ? Eh bien… beaucoup 🙂
En marchant, à table, avant de dormir ou sous la douche, mais qui n’en a pas fait de même ?

Penser, rêver, imaginer… pour oublier ce monde illusoire qui vous entoure, ce lieu qui vous retient prisonnier, ces adultes qui brisent… vos rêves.
Finalement, même adulte je m’autorise encore ces petits instants oniriques qui ont évolués en réflexions plus constructives mais sans fuite de la réalité, ô combien importante ai-je fini par réaliser en pleine reconstruction du puzzle que je suis.

Sans ces instants d’évasion, cet article n’aurait probablement pas vu le jour !
Car à l’origine de celui-ci se trouvait une voiture, MademoiselleHappyHeart, seule au volant, croisant du regard une lune en avance sur le rdv, dans un ciel encore flamboyant et bleuté.
À cet instant féerique, où deux mondes se superposent en s’entrelaçant, celui du jour et celui de la nuit ! Et voilà, s’en était parti pour déclencher un monologue interne sur cette lune qui m’a fasciné et tant intrigué….

Une vision philosophique, poétique ou lunatique ?

la lune, un monde à part… – source image

Voilà quelques réflexions sur cet astre nocturne énigmatique et soulevant une part de mystère.

Une lune rempli de mystère…

Voici par exemple deux points qui m’interpellent :

  • pourquoi la lune nous montre-t-elle toujours la même face ?
  • pourquoi y voyons-nous un visage…

« Je m’attribuai à moi-même une influence sur la marche de la Lune, et je crus que cet astre avait reçu un coup de foudre du Tout-Puissant qui avait tracé sur sa face l’empreinte du masque que j’avais remarqué. » Aurélia, De Nerval

… quand nos amis asiatiques y distinguent un lièvre ? 
D’ailleurs, depuis ce reportage (je ne sais plus lequel, ça remonte à au moins une décennie, lol !) je ne vois plus que le lièvre. Je trouve cette représentation beaucoup plus « féerique » que ce visage oppressant.
La légende de la Déesse de la Lune Chang’e et le lièvre lunaire restent plus captivant !

La lune intrigue et a toujours été présente dans les symboliques, mythes et légendes de l’humanité et dans ces pensées.

Une passerelle…

« La lune était pour moi le refuge des âmes fraternelles qui, délivrées de leurs corps mortels, travaillaient plus librement à la régénération de l’univers. »
Aurélia
, G. de Nerval.

… un portail…

« Aomamé mis un certain temps pour comprendre en quoi cette étrangeté était constituée. Et même après l’avoir identifié, il lui fallu beaucoup d’efforts pour l’accepter comme la réalité. Sa conscience ne comprenait pas ce que son regard percevait.
Il y avait deux lunes dans le ciel. Une petite et une grande. Elles ont été suspendu dans l’air, l’une à côté de l’autre. La grande était la lune habituelle de tous les jours. Presque pleine, jaune. Mais à la suite, il y en avait une autre, différente, avec une forme inhabituelle. C’était un peu déformé, et la couleur était étrange, verdâtre comme si une couche de surface mousseuse avait grandi.» 1Q84, livre 1, Murakami.

« Impossible, songea Tengo. Comment une réalité imiterait-elle une métaphore ? C’est impossible (…) Est-ce que cela signifierait – Tengo se posait la question à lui-même – que je serais ici dans le monde du roman ? J’aurais donc été séparé du monde réel pour je ne sais quelle raison et j’aurais pénétré dans celui de La chrysalide de l’air ? »
1Q84, livre 2,
Murakami.

ou un nouveau monde…

« Les yeux noyés dans ce grand astre, tantôt l’un le prenait pour une lucarne du ciel, par où l’on entrevoyait la gloire des bienheureux, tantôt l’autre protestait que c’était la platine où Diane dresse les rabats d’Apollon; tantôt un autre s’écrit que ce pourrait être le soleil lui-même, qui s’était au soir dépouillé de ses rayons, regardait par un trou ce qu’on faisait au monde quand il n’y était plus.
« Et moi, dis-je, qui souhaite mêler mes enthousiasmes aux vôtres, je crois, sans m’amuser aux imaginations pointues dont vous chatouiller le temps pour le faire marcher plus vite, que la lune est un monde comme celui-ci, à qui le nôtre sert de lune. » »
Les États et Empire de la Lune
, Cyrano de Bergerac.

Ce dernier nous offre un récit autobiographique fictif, où il raconte son voyage sur la lune pour vérifier ses dires, expliqués plus haut. C’est assez étonnant à lire, enfin j’ai trouvé pour l’époque tout de même. Nous sommes au XVIIe siècle, à l’époque même où Galilée fut condamné pour défendre des théories dites “hérétiques”…
De même il y a toute une remise en question de la religion qui influence grandement les moyens de pensée et une vision alchimique dans cette ouvrage qui amène beaucoup a réfléchir.

Et en image…

Avec ce court métrage très simpliste, Le voyage dans la Lune de Georges Méliès datant de 1902. Vous apprécierez le côté “à la one again” !

…une vision plus « actuelle »

Complément décalée…. Un parc d’attraction sur la Lune, allô quoi ! Ici La Lune ^_^

extrait d’un épisode de Futurama – source image ici

 

Une envie de décrocher la lune ?

Une idée farfelue me diriez-vous, mais qui soulève quand même l’importance de cet astre et de son influence sur notre chère planète. Puisque rappelons-nous que la Lune est le satellite de la Terre et que sans elle la vie en serait tout autre…

Extrait Moi, moche et méchant ou plutôt Despicable Me puisque c’est en VO.

La minute psychologie

Dans le domaine de la psychologie, la lune est liée à notre inconscient selon Jung.
Peut-être à cause de sa face cachée ? Comme elle, nous présentons un visage mais une grosse partie de nous ne nous est pas (encore) accessible.
Nous serions figés sur un aspect de nous-même.
 Que se passerait-il s’il nous nous confrontons à cette part cachée ?
Une lune a deux facettes, une face de lumière et une face d’ombre, dirigerions-nous alors vers une version Dr Jekyll et Mr Hilde ? Effrayant, hein !
Mais peut-être pourrions-nous trouver l’équilibre entre ces 2 aspects, en « maîtrisant sa part d’ombre » après l’avoir confrontée ? Hum, à méditer 🙂

La Lune, grande romantique…

Un paysage de clair de lune, un couple mielleux sur un banc… hum un beau cliché, décidément entre Tintin et cette description, WTF !
Non, quand je parle de romantisme, je parle du Romantisme, ce courant qui teinté de mélancolie fait chavirer votre cœur aux confins de votre for intérieur 🙂

Beethoven, précurseur du Romantisme, laissez-vous porter… au clair de lune.

… qui en inspira plus d’un !

Voilà comment, en voiture, de fil en aiguille j’ai laissé dériver mon esprit à dresser ce petit tableau lunatique ^_^ que l’on pourrait encore aisément agrémenter car il y aurait tant à dire encore 🙂

Et vous quels mystères la Lune vous souffle-t-elle ?

Laisser un commentaire