Mowgli et Le Livre de la jungle

Livre

Après Peter Pan, nous allons voir un autre livre pour enfant : Le Livre de la jungle.
Nous ne parlerons pas du dessin animé éponyme de Disney sorti en 1967, car il s’éloigne trop et prend beaucoup de liberté, par rapport au livre original.
Car oui, Le Livre de la jungle écrit par Rudyard Kipling, paru en 1894 en deux volumes, est un recueil de nouvelles.
Lançons nous dans cet univers qui pourrait révéler bien des mystères…  😉

Origine

Rudyard Kipling est un écrivain britannique. Né en Inde, la culture Hindou a fortement marqué sa vie et une partie de son œuvre. Durant un séjour au Vermont (aux États-Unis), Kipling après avoir passé plus de 6 ans en Inde, commence à écrire, ce qui sera plus tard le Livre de la Jungle.

Le Livre de la Jungle

Le Livre de la Jungle

Comme indiqué plus haut, c’est donc un recueil de nouvelles où chaque histoire se déroule dans la jungle. Comptant une quinzaine de nouvelles diverses, ce livre nous offre une description de ce qu’est la forêt de l’Inde. Les animaux qui la composent, leurs relations avec les humains, les fameuses lois de la jungle…
Nous nous attarderons ici seulement aux histoires qui permettent de découvrir, sous différents aspects, la destinée de Mowgli. Petit homme recueilli par les animaux et vivant à leurs cotés.
Nous verrons, que sous ses airs enfantins, le parcours de Mowgli recèle en réalité une dimension bien plus profonde.
L’histoire d’une quête personnelle. Celle du dépassement et de l’accomplissement de Soi.

Une épopée Initiatique

Épopée

Enfance et Apprentissage

L’enfance de Mowgli, malgré que celle-ci se déroule dans la jungle, est assez proche de ce que peut vivre un enfant “ordinaire”.
Protégé par son père et aimé de sa mère. Mowgli grandit parmi les loups et apprend les rudiments de la nature qu’il faut connaître pour survivre. L’environnement ne lui est pas hostile, il le voit comme un terrain de jeux, où rire et amusement se croisent. La naïveté de l’enfance est dépeinte par l’auteur comme une période de croissance et d’apprentissages essentiels au développement.
Mais vient un moment où la réalité de l’environnement supplante l’insouciance.
Kipling nous indique ici, que tout est en perpétuel changement. Grandir et connaître change notre façon de voir le monde, de comprendre ce qui nous entoure.

Croissance et Courage

Bagheera

L’enfance heureuse et sans problèmes de Mowgli ne peut durer indéfiniment. Il doit affronter la réalité et revêtir la force et la compréhension de son apprentissage. Tout lui paraît alors insurmontable, car beaucoup d’échecs croiseront sa route.
Mais le jeune Mowgli est fort et se relève à chaque fois. Apprendre de ses propres erreurs est une des voies, selon l’auteur, à une connaissance de soi-même et de ses capacités.

La persévérance et le courage sont fortement récompensés dans le livre. C’est grâce à eux que Mowgli s’oppose à la tyrannie de Shere Khan qui fait peur à tous les autres animaux. La volonté d’y mettre fin, mais aussi la volonté que les animaux vivent à nouveau en paix et en sécurité pousse le jeune homme à se surpasser. Afin que l’harmonie de la Nature revienne.
Pour cela, Mowgli utilise son enseignement auprès des animaux. Mais également sa différence. Comme le dit Bagheera : “combats Shere Khan non pas avec les armes du loup, mais avec celles de l’homme”.

La fleur rouge – le feu

Cela implique la conscience de son pouvoir et la maîtrise de celui-ci.
Mowgli utilisant la fleur rouge (le feu) pour inhiber le tigre qui se voit dans l’impossibilité de l’arrêter. Le feu brûle alors une partie de la forêt et ce n’est que grâce à l’intervention de Hathi (l’éléphant) qui, avec ses congénères, déversent de leurs trompes l’eau salvatrice.
Pour Kipling, la conscience de son savoir est tout. “Ne mets pas le feu à la forêt, si tu ne sais comment l’arrêter“.

Grandeur de l’éléphant

Comprendre de ses erreurs, persévérer et prendre conscience que nos choix et nos actions nous rendent plus fort. Voila ce que peut dire Kipling à travers cette œuvre.

Les animaux

Omniprésents dans le livre, tout tourne autour d’eux.
Les aventures de Mowgli peuvent donc se lire comme un conte moral, nous pouvons y distinguer les animaux comme une symbolique.
Bagheera, panthère noire est le sage, le guide, qui nous emmène et nous conseille.
Baloo, l’ours aimant les plaisirs simples de la vie, épicurien sur les bords.
Hathi, l’éléphant, porteur d’un savoir ancestral, conteur de légendes. Dans le livre c’est lui le roi de la jungle.
Kaa, serpent python, qui nous montre que toutes distractions futiles nous coupent de nos buts et objectifs. Il est d’ailleurs, dans le livre original, un ami de Mowgli (à la différence du dessin animé).
Shere Khan, le tigre du Bengale, est la force brute, sans conscience.
Etc, etc …

Les Animaux

Tous, humains, animaux,  végétaux, avons cette envie, ce besoin d’évolution.
Nous le voyons bien avec King Louie qui comprend ce qui le sépare de l’homme et veut avoir accès à cette connaissance.
La maîtrise de la fleur rouge, du feu. Symbolisant ici la puissance, la force et le courage. Malheureusement,  cette soif de savoir, sans conscience, mène au désastre. Ce qui se déroule, vu que King Louie détruit tout son royaume.

Pour finir…

Dépassement de Soi

Il semble que l’ultime leçon de cette quête de soi, est de mieux se connaître soi-même.
“Deviens ce que tu es”, réalise tes pleins potentiels, soit en accord avec ta propre nature, reflète un des principes fondateurs de la philosophie de Nietzsche.

Encore une fois, la lecture des contes de notre enfance peut s’avérer porteuse de grands enseignements…

source image en-tête :
– www.ecranlarge.com/films/news/1022386-mowgli-le-livre-de-la-jungle-version-dark-s-annonce-sensationnel-dans-la-premiere-bande-annonce

Laisser un commentaire