Le mont Saint Helens

Bonjour à toutes et à tous 🙂

Dans la série découverte des volcans, j’ai choisi aujourd’hui : le mont Saint Helens !

Mont saint Helens

Si je souhaite m’intéresser à ce volcan aujourd’hui, c’est qu’il a été l’un des volcans les plus instructif suite à son éruption de mai 1980.

Ce volcan situé dans l’état de Washington fait partie de ce que l’on appelle la chaîne des cascades. Il est relativement jeune comparé aux autres volcans de cette chaîne et avait jusqu’à son éruption de 1980 le surnom de “mont Fuji de l’Amérique”, en lien avec sa forme de dôme.

Chaîne des cascades

Après une période de calme d’environ 120 ans, le mont Saint Helens commença à se réveiller en 1980. Durant plusieurs mois, des secousses sismiques ainsi que des gonflements de sa paroi nord (la lave en fusion remontant dans le cône volcanique) alarmèrent les scientifiques de la région.

Mais ni dégagement de gaz sulfurique (voir le poste sur l’Erta Ale) ni signes plus alarmants ne laissaient prévoir l’éruption du 18 mai 1980. En tout cas pas ce jour là…

L’éruption du 18 mai 1980

Le matin du 18 mai 1980, suite à un tremblement de terre, le versant nord, fragilisé par le gonflement des parois s’écroula, provoquant un éboulement gigantesque. L’un des plus grand effondrement de terrain de l’histoire.

Effondrement du versant nord

Le creux béant laissé sur le versant nord du mont Saint Helens ne put alors contenir très longtemps les pression énormes de la chambre magmatique. C’est alors que pour la première fois les volcanologues purent assister à une éruption volcanique de manière latérale !

Les matières furent projetées non pas à la verticale, mais bien à l’horizontale, avec un souffle de projection pouvant atteindre 500km/h!

Aujourd’hui encore on peut facilement voir des forêts entières couchées, à flanc de montagnes (montagnes de plus de 1500m tout de même), complètement soufflées par cette éruption. Rien ne put arrêter le souffle, pas même les hauteurs des montagnes avoisinantes…

Souffle du volcan

Mais ce n’était pas encore terminé…

Durant plus de 9h le mont Saint Helens fit sortir toute sa colère, assombrissant le ciel d’un nuage de cendre épais. Des projections phénoménales de matières furent projetées (à la verticale cette fois) formant un énorme champignon de plusieurs fois l’Everest (jusqu’à 27 km d’altitude).

Éruption du mont saint Helens

La chaleur de l’éruption fit également fondre les glaciers alentours, provoquant une immense coulée de boue emportant tout sur son passage, avec des pointes avoisinant les 140 km/h!

Coulée de boue

Entre les tremblements de terre, les souffles éruptifs, les éruptions de matières incandescentes, les effondrements de terrains et les coulées de boue… pfiou! on peut dire qu’il avait de la colère dans le ventre ce mont Saint Helens… tous les éléments y auront participé !

Afin de terminer plus légèrement sur ce volcan je souhaitais vous faire part de légendes amérindiennes y étant rattachées.

Ça vous dit ? 🙂

Les Amérindiens et le mont Saint Helens

Klickitats warriors

Le mont Saint Helens se fait appeler  Louwala-Clough chez les Klickitats, une tribu amérindienne des alentours du volcan. Louwala-Clough signifie la montagne fumante dans leur langage.

Ceci en lien avec la légende de Loowit, Wy’east et Pahto.

Selon la légende, Wy’east et Pahto, les deux fils du Dieu des Dieux Tyhee Saghalie se disputaient son amour (de Loowit). Leur disputes provoquant “quelques tremblements de terre et glissements de terrains”, Tyhee Saghalie les auraient transformés en montagnes. Wy’east devint le mont Hood, Pahto le mont Adam et Loowit fut transformée en mont Saint Helens.

Et bien et bien une fois de plus on dirait que le prénom d’Hélène se trouve en lien avec des querelles de cœur…! Sacrées Hélène tiens 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire