visuel-delice-tokyo

Les Délices de Tokyo

Début août, en pleine saison estivale, sous une chaleur qui appelle à la bronzette et à toutes les curiosités insolites de vacances… Prenons le temps de marquer une pause détente dans le fauteuil à bascule, sirotez un jus d’ananas bien frais et laissez-vous entraîner pour cette évasion cinématographique : Les Délices de Tokyo.

Les Délices de Tokyo

Synopsis

delice_de_tokyo“Installé dans une petite cahute, en plein coeur de Tokyo, Sentaro vend des dorayakis, des pâtisseries traditionnelles japonaises, constituées de deux pancakes fourrés d’une pâte confite de haricots rouges. Parmi ses clients réguliers, la jeune Wakana, lycéenne, égaie ses journées solitaires. Mais tout bascule quand un jour, Tokue, une dame de 70 ans, propose à Sentaro ses services de cuisinière. D’abord réticent, l’homme finit par accepter de l’embaucher. Bien lui en prend, la recette de la sympathique vieille dame, aussi simple qu’inimitable, connaît très rapidement un vif succès et fait de l’échoppe un rendez-vous incontournable…” Télérama

 

Les Délices de Tokyo, primé à Cannes en 2015 (sélection « Un certain regard ») est un film assez agréable à regarder, même si l’on pourrait y voir certaines longueurs.
Habituée aux films d’action et autres, où tout va toujours trop vite avec de la bande son toutes les 5 min, j’avoue avoir été un peu déstabilisée à certain moment de calme, voir trop calme et presque intimiste, tellement l’on pénètre un univers quasi à huit clos.

Ce que j’ai aimé

Les Délices de Tokyo est un véritable enseignement de la vie. Ce film nous montre que le secret des choses bien faites réside dans la patience, l’écoute et l’amour que l’on transmet dans ce que l’on fait. Le résultat est parfois au-delà des espérances.

Le facteur temps est aussi abordé dans cette approche, d’ailleurs « quand on aime, on ne compte pas » est une expression qui prend tout son sens.

delices-tokyo-durian
source

La cuisine se vit avant toute chose. Véritable alchimie des sens et des aliments de prime abord, mais elle est bien plus que ça en réalité. Elle véhicule un désir, une passion et une force. La cuisine vous anime et vous porte vers d’autres dimensions et compréhensions du monde. C’est une rencontre humaine, du partage et de l’espoir. Je dirai même un apprentissage permanent.

dorayaki
dorayaki – source

En conclusion, une belle expérience riche en émotions si vous êtes sensible aux belles histoires.

Laisser un commentaire