Quelques didgeridoo

Le Didgeridoo : instrument traditionnel aborigène

Bonjour à vous ami(e)s internautes,

Bon maintenant vous connaissez mon attirance pour l’Australie et tout ce qui va avec. 🙂
Je vous ai parlé de l’Art Aborigène, du Temps du Rêve et des contes, mais jamais de musique. Et bien aujourd’hui je voulais vous parler du Didgeridoo, ce magnifique instrument aborigène, qui me fait vibrer chaque fois que je l’écoute.

Le Didgeridoo : son histoire

          La légende du Didgeridoo

Et oui avec les aborigènes, tout commence par une légende, la voici :

Histoire du didgeridoo
En peinture : l’histoire du didgeridoo

“Au commencement, tout était froid et sombre. Bur Buk Boon était en train de préparer du bois pour le feu afin d’apporter la protection de la chaleur et de la lumière à sa famille. Bur Buk Boon ajoutait du bois dans le feu lorsqu’il remarqua qu’une bûche était creuse et qu’une famille de termites était fort occupée à grignoter le bois tendre du centre de la bûche. Comme il ne voulait pas blesser les termites, Bur Buk Boon apporta la bûche creuse à sa bouche et commença à souffler. Les termites furent projetées dans le ciel nocturne, formèrent les étoiles et la Voie Lactée et illuminèrent le paysage. Et pour la première fois le son du didgeridoo bénit Mère la Terre, la protégeant elle et tous les esprits du Dreamtime, avec ce son vibrant pour l’éternité…”. Source

« Les premiers colons avaient l’impression d’entendre les Aborigènes prononcer le mot « DIDJE-RIDOO, DIDJE-RIDOO » à l’infini, lorsqu’ils jouaient de cet instrument, d’où son nom international. Selon les coins, il s’appelle en réalité Kanbi, Ihambilbilg, Yaraki…

Le didj’ est un petit vieux plein d’expérience : on pense (suite à l’analyse d’une peinture rupestre) qu’il aurait 30 000 ans ! (Pour rappel, Lascaux : 16 000 ans.) ».

          Sa fabrication

Il est fabriqué avec des branches d’arbres d’eucalyptus qui ont été évidées par les termites. Ils forment ainsi des longs tubes d’1,50 m, légèrement évasés. Passant d’un diamètre de 5 à 7 cm à un diamètre de 10 à 12 cm.

          Son utilisation

Aborigène jouant du didgeridoo
Un aborigène jouant

“C’est donc un instrument à vent. La technique à acquérir pour en jouer est très complexe. Il faut donc maîtriser la respiration circulaire afin d’être en mesure de produire un flot d’air ininterrompu. Il faut en fait, faire vibrer les lèvres sur l’embouchure du didgeridoo sans tension avec l’air refoulé des poumons et de la bouche, en utilisant simultanément le diaphragme et les joues”.

La musique et la culture aborigène

« Dans la culture aborigène, le chant, la musique et la danse sont des moyens de célébrer les mythes de la Création, qui racontent comment les êtres totémiques légendaires ont « écumé » le continent australien au Temps du Rêve (un flux continu, un temps parallèle, en aucun cas séparé du présent), scandant le nom de tout ce qui croisait et croise toujours leur chemin, qu’il s’agisse des oiseaux, des animaux, des plantes ou des formations rocheuses ».

Voilà en quelques lignes une présentation du Didgeridoo, je ne pouvais pas vous parler de cet instrument sans vous donner un minimum d’informations sur celui-ci.

Source des paragraphes, de l’image ci-dessus et l’image de mise en avant.

Mes ressentis

Quand j’écoute le son de cet instrument, cela me donne envie de danser, de « marteler » la terre. J’ai l’impression d’être connectée à elle et de ressentir ses « vibrations ». Je suis le son de l’instrument et je me laisse aller. Je peux vous assurer que je me sens très très bien et à l’écoute de ce qui m’entoure. 🙂

Peut-être penserez-vous que je « divague ». Non, non, je vous rassure, j’ai bien toute ma « tête ». 😉

Testez et vous verrez peut-être de quoi je parle. Bien sûr je fais cela quand je suis seule. C’est un moment rien qu’à moi. 🙂

Voici un morceau :

A très bientôt 😉

Laisser un commentaire