Les Haïku ou l’art des poèmes japonais

Connaissez-vous les haïku ? Ces petits poèmes japonais très brefs mais qui expriment beaucoup. Partons à la découverte de cet art minimaliste qui résume la beauté des émotions 🙂

L’art du haïku

Le terme de haïku fût créé par le poète Masaoka Shiki (1867-1902). Cependant c’est au XVIIe que les premiers haïku voient le jour avec notamment Basho (Matsuo Munefusa) à qui l’on attribue la création de ces petits vers qui renferment l’essentiel.

Composition

Dans sa forme classique, ce bref poème est composé de 3 vers.
Rythmé sur la base de 5/7/5 (nombre de syllabes par vers).

Exemple avec un haïku de Yosha Buso :

ochi kochi ni  (ici et là, écoutant)
tachi no oto kiku  (les cascades)
wataka kana  (jaune feuillage)

Au-delà de l’aspect technique, le haïku répond à une règle simple :
– celui-ci doit contenir un kigo, c’est-à-dire un “mot de saison” par l’utilisation de mot-clé faisant référence à une saison ou à la nature.
Le poète observant la nature, relève un détail et partage ce moment de l’instant présent dans un élan de spontanéité.

haïku et peinture Yosha Buson – source

Quintessence des mots

Le haïku se veut à la fois simple, léger et subtil. Captant un moment éphémère à l’aide de mots justes, il se veut authentique.

Poésie pittoresque parfois teintée d’humour, le haïku renferme une touche de mystère immortalisant l’éternité de l’instant dans une envolée de mots.

La citrouille grossit
moi je maigris
quelle chaleur !
Toun

Le haïku est bien plus qu’un simple poème, c’est un exercice spirituel qui éveille les sens. Allant à l’essentiel, le poète offre un moment de légèreté aux lecteurs.

La poésie, c’est le chant intérieur. Chateaubriand

À la frontière entre la devinette, état d’âme et émotion, c’est avec leurs cœurs que les esprits attentifs perceront les secrets de ces quelques vers dévoilés à la volée. Nourris par un temps de silence.

Je notais l’inexplicable… j’écrivais les silences. Rimbaud

La poésie, cet art visionnaire

On dit souvent que le poète est un visionnaire.  Voir au-delà du voile grâce à son intuition et sa capacité à se rendre libre de toutes idées reçues.
Par son détachement, il accède aux mystères de la Nature et saisi l’éternité sous sa plume.

L’art du haïku n’échappe pas à ce côté visionnaire.

  • Authenticité : le poète perce le voile des illusions, fait tomber les masques… il voit juste et perçoit cette réalité dissimulée sous des apparences souvent trompeuses.
  • Transcendance : son message nous parle au-delà des mots utilisés, l’essence des mots couchés subtilement font résonner bien plus d’émotions en nous. Nous révélant une part ignorée de nous-même.
  • Interactivité : l’intuition et l’imagination du poète créent une résonance avec celle du lecteur. C’est un appel des sens, un véritable échange qui fait appelle à la disponibilité et l’esprit réactif du lecteur. Ainsi le poète éveille et offre une certaine liberté au lecteur.
  • Spontanéité : le poète a conservé son âme d’enfant et s’est affranchi d’un esprit cartésien qui enferme car trop rigide. Il vit le moment présent et l’apprécie.
source pixabay

Haïku

Voici une petite sélection 🙂

hiver
sur les paravents d’or
les pins vieillissent
Basho

la Lune à toute allure
les cimes des arbres
retiennent la pluie
Basho

un peu ivre
le pas léger
dans le vent du printemps
Ryokan

une châtaigne tombe
le peuple de l’herbe
se tait
Basho

pluie de printemps
toute chose en devient
plus belle
Chiyo-ni

lune des moissons :
sur la natte de bambou
les ombres d’un pin
Kikaku

sur une branche nue
un corbeau s’est posé…
crépuscule d’automne
Basho

la lanterne soufflée
le bruit du vent
dans les feuilles
Shiki

eau de bain chaude
froide au flanc droit
tonnerre de printemps
Yoko Ogino

 

Source article:
Sages ou fous les haïkus ? Henri Brunel, 2005
Haïku, poésie anciennes et modernes, Jackie Hardy, 2002

2 réflexions au sujet de « Les Haïku ou l’art des poèmes japonais »

Laisser un commentaire