Geo Aventure n° 3

GEO AVENTURE – La cavalière des antipodes

Vous connaissez la revue GEO Aventure. Revue comme son nom l’indique, qui vous emmène dans des voyages extraordinaires avec des personnes qui ont envie de vivre leurs passions : le voyage et l’aventure. La devise de la revue « dépasser ses limites pour vivre l’inconnu ».

D’ailleurs, c’est la dernière née de la famille Géo.

Présentation de Geo Aventure en vidéo

GEO Aventure

Geo Aventure n° 1
Revue Geo Aventure

Source image

« Oui, on peut vivre le moment le plus zen de son existence aux Galapagos, au milieu d’un banc de requins-marteaux. Ou être vacher en Ariège et traileur de haut niveau. On peut traverser l’un des déserts les plus chauds du monde à pied en carburant au chocolat. Ou se faire trainer sur deux kilomètres par une avalanche sans être dégoûté de la poudreuse. Désir d’inconnu, de sensations fortes, de défendre une cause : les aventuriers qui figurent dans cette nouvelle déclinaison de GEO ont des motivations différentes. Et un point commun : un amour inconditionnel de la nature. Découvrez ces champions d’apnée ou de snowboard, explorateurs professionnels et simples inconnus qui ont tenté, avec nous, l’aventure de ce numéro un ». Source

          La cavalière des antipodes

La cavalière et ses brumbies
Aliénor et ses brumbies

Source image

J’ai découvert cette revue parce qu’il y avait un reportage sur l’Australie. Je ne l’ai pas acheté juste pour ce reportage. J’ai trouvé tous les articles intéressants et de plus, ils me font voyager car je m’imagine très rapidement avec eux, dans leurs aventures.

L’article sur l’Australie est un reportage sur la réhabilitation du Brumby, un cheval sauvage, par Aliénor Le Gouvello, une Bretonne installée en Australie depuis 12 ans.

                    Qui est le Brumby ?

Brumbies en liberté
Brumbies

Source image

Son nom vient peut-être du sergent James Brumby, un colon anglais qui relâcha dans la  nature les animaux de son ranch. Ou bien une déformation d’un mot aborigène, baroomby qui veut dire sauvage.

En tout cas, les brumbies sont arrivés en Australie à partir du XVIIIe siècle par les mêmes bateaux que les pionniers. Le problème aujourd’hui, c’est que ce cheval a repris sa liberté et s’est très bien  adapté à son nouvel état de cheval libre. Et maintenant ils sont environ 300 000 individus à avoir colonisé les grands espaces de l’intérieur de l’île.

Mais voilà, de nombreux Australiens, notamment les éleveurs, considèrent ces chevaux sauvages  comme des « nuisibles » parce qu’ils « volent » la nourriture  de leur bétail. De ce fait, l’espèce est la cible depuis une vingtaine d’années de plans de régulation.

Par plans de régulation, il faut entendre des chasses géantes au cours desquelles, les chevaux sont traqués par hélicoptère. Puis acculés dans des enclos, puis abattus par milliers au fusil. Bien sûr, ils sont revendus pour leur viande ou transformés en pâté pour chiens !

D’ailleurs, ce ne sont pas les seuls à être considérés comme des nuisibles parce qu’ils mangent la même herbe que le bétail ! Les kangourous peuvent subir le même sort !

                    Aliénor

Vidéo, sur laquelle Aliénor présente son aventure :

Pour l’amour des chevaux, Aliénor a bravé les étendues sauvages australiennes. Une traversée de l’île qui l’a menée au bout d’elle-même.

Durant toute cette traversée, nous suivons Aliénor pas à pas avec ses galères mais aussi la beauté des paysages parcourus. Elle a parcouru 5 330 km de pistes dans une nature aussi hostile que sublime, dit-elle. Sa  chevauchée sauvage a duré 1 an. Elle avait comme compagnons 3 brumbies ainsi que son chien.

Inutile de vous dire que durant ma lecture, j’étais là-bas, aux antipodes 😉

Source : GEO Aventure, article la cavalière des antipodes, pages 80 à 93.

Pour conclure, cette revue GEO Aventure est un régal. Les articles sont vraiment tous très intéressants et nous font partager la passion de ces aventuriers, connus ou inconnus. Dans ce numéro, Il y a même des propositions de virées pour cet été. Virées, de cool à extrême limite, donc pour tous les goûts. 😉

Bonne lecture et bon voyage 🙂

Laisser un commentaire