Expression Primitive

Bonjour à tous,
J’aimerais vous parler d’une activité particulière, à la fois un sport, une danse, une expression de soi, pour résumer un ART !! L’art du soi.
Un art du corps, de l’expression de soi et de ses émotions le tout mêlé aux mouvements, à la danse. Partez avec moi à la découverte de cet univers passionnant.

source, piaxabay

Ici le rythme a un rôle phare et fondamental, France Schott-Billmann parle du battement originaire primitif. Un battement qui a pour but de nous reconnecter à nos propres racines, à notre nature. D’ailleurs les musiques utilisées pour ces danses sont essentiellement africaines.
Le rythme, les mouvements et les sons émis nous libèrent de puissantes émotions, nous font découvrir des forces et des joies intérieures peu communes. Hé oui qui s’autorise, chez soi dans son jardin, entre amis à s’exprimer pleinement ? De pousser des cris de joies, de ras-le-bol, de colère….

Le rythme, la pulsation réveille en nous les émotions, l’enthousiasme.

Ici, enfin, dans le mouvement au sein d’un groupe le mot d’ordre est PERMISSION, permission de bouger, encore et encore, de crier, de froncer le visage, de grogner… Oser faire des choses « folles », « hors norme », effrayantes, belles. Ayant testé des séances en groupe je vous assure que cela est très porteur et libérateur. La meilleure des choses est de prendre ses baskets, des vêtements souples et d’essayer au moins une fois à fond, sans préjugé, sans tabou, sans limitation mentale. Juste soi, libre de toutes contraintes. 😀 Ahh quel soulagement !

Voici une courte interview de France Schott-Billmann qui est très bien résumée.

La pulsation qui réveille la pulsion.  😀
L’homme est le Danseur.

Encore une autre petite vidéo très bien faite ;

France Schott-Billmann est l’initiatrice de ce mouvement en France, elle a créé une école/Atelier d’expression primitive.
http://www.drlst.org/latelier-du-geste-rythm/qui-sommes-nous-

Pour finir avec brio ce petit post, une citation de Friedrich Nietzsche
Celui qui ne danse pas est coupé de la réalité.

 

Laisser un commentaire