Château d’Azay-le-Rideau – de l’eau, de la féminité !

Hé oui ce week-end avec mon chéri direction Azay-le-Rideau et son fameux château. Découvrons sous les rares éclaircies ce château si convoité !

François_IerDressé au milieu d’une île de l’Indre le château nous envoûte de charme. Construit pour une première partie en 1518 sous le règne de François 1er au début de la renaissance Italienne et terminé au 19èm siècle, il est depuis 1905 une propriété de l’État.
Château à la façade de la Renaissance Française, nous avons pourtant encore certains détails du Moyen-âge. Tel le chemin de ronde, mais qui n’est ici que décoratif. La tour d’angle elle date du 19 ème siècle, de 1856 précisément. Venez découvrir ses richesses.

Décrivons de l’extérieur les niveaux du château. 

Nous avons au premier niveau l’étage des nobles, oui, il fait moins froid qu’au rez-de-chaussé et c’est bien plus lumineux. Il faut savoir qu’au 16ème siècle la chambre est bien plus qu’une simple chambre. On y prend sa douche, on y reçoit ses convives… on pourrait finalement la qualifier de pièce à vivre. C’est seulement à partir du 19ème siècle que la chambre devient une chambre plus comme on l’entend aujourd’hui.

Au rez-de-chaussé nous avons les pièces de services.

Au troisième étage, les combles.

L’eau, le féminin

Le château d’Azay-le-Rideau, considéré comme l’ainé du château d’Islette (prononcé Ilette) à tout d’attrait très féminin, léger, orné de pilastres (colonnes autours des fenêtres), de bandos, de sculptures. Il a tout d’un château qui est fait pour être vu et non plus pour se protéger.
Honoré de Balzac a dit qu’il était comme « un diamant taillé à facettes serti par l’Indre ».

L’entrée et son escalier droit

Logias

Cette façade d’entrée magistrale ressemble à une pièce de théâtre, le but est de se faire voir, d’être vue. On voit donc apparaitre les 3 loggias, les loges, aucune porte n’est présente  au 16ème siècle.

Escalier droit – Source

Ce fameux escalier a la particularité d’être le premier escalier droit de France en plus d’être droit il est en “œuvre”, c’est à dire à l’intérieur du bâtiment et non à l’extérieur comme celui de Fontainebleau par exemple. Les rampes sont creusées dans la pierre, ce qui renforce l’aspect de longueur et de grandeur de l’escalier.

Chambres

chambre de Madame Philippe Lesbahy

À l’intérieur, deux chambres fondamentales sont à voir, la première celle de Madame Philippe Lesbahy, l’épouse de Gilles Berthelo, reconstituée au plus près de la réalité. Oui le lit,  les murs et les meubles sont au plus près de l’époque ! Les murs sont recouvert non pas de tapisseries comme on peu le voir au château de Langeais, mais de natte de jonc. Oui, oui, de jonc, cette plante qui borde l’eau a pour caractéristique d’absorber l’humidité et d’isoler du froid. A l’époque nous dit la guide, le sol en était également recouvert !

chambreLa deuxième chambre est celle du Roi. Oui François 1er est venu dormir 2 nuits au château. Voici sa chambre, son lit et le parquet d’époque . On ne peut dire qu’ils ont été usés 😉 .

Les hauteurs du château

À découvrir par soi-même, l’impressionnante charpente d’époque en chêne qui laisse un peu sans voix.

charpente en chêne

La forme en L ou lieu de la forme en U n’a pas forcément été voulu. En effet Gille Berthelot, propriétaire du château, a dû s’enfuir laissant sa femme seule. Elle finira ruinée !
Si vous voulez en savoir plus sur leur histoire ICI.

Si vous avez l’occasion d’y aller je vous le recommande vivement !
Une petite splendeur de paix et d’harmonie. Attention je vous recommande d’y aller hors-saison… 🙂

 

 

 

Laisser un commentaire